Le plus important:

Rappelez-vous que la plupart des parents traversent la tempête « colique du nourrisson » et que vous avez le droit d’être épuisé(e), fatigué(e) et avoir envie de passer bébé par la fenêtre et c’est normal ! On n’est pas des machines  et vous n’êtes pas un « mauvais parent ».

MAIS, le plus grand danger de ces périodes de pleurs, c’est de faire le mauvais geste, celui qui se passe très vite et que l’on regrette toute sa vie…comme secouer son bébé pour le faire taire, par exemple.

Alors, si vous êtes seul(e), que vous n’avez pas de soutien immédiat, allez aux urgences proches de chez vous ! Ils sont habitués à accueillir les parents. Vous êtes un parent responsable en demandant de l’aide.

Il est très difficile de faire face aux besoins intenses d’un tout-petit quand on est seul(e).

Un proverbe africain dit « qu’il faut tout un village pour élever un enfant » et j’en suis persuadée 😉

Ressources:

Vous pouvez solliciter la PMI (Protection Maternelle et Infantile) de votre secteur et/ou les associations d’aide à domicile pour mettre en place une aide (TISF), renseignez-vous !

Petit plus: télécharger l’application gratuite « coliq » du Dr Bellaïche et regarder le site: http://coliq.net/

 

Les pleurs et les coliques du nourrisson

 

J’aimerai vous apporter LA recette magique face à ce moment de la vie que tous les parents souhaiteraient ne jamais avoir à vivre ou à revivre: les fameuses coliques du nourrisson !

De quoi de si « affreux » parle-t-on ?

La période des coliques du nourrisson, qui s’étend de 3 semaines à 5 mois environ, est très variable selon les enfants. Votre bébé va vous montrer par des pleurs, des cris son inconfort. C’est sa seule manière de vous le dire, il communique ainsi !

On parle d’inconfort mais ça ressemble à une vraie douleur pourtant. Votre bébé est tout rouge, remonte ses jambes, se tortille, se tend pète, serre les poings et pleure +++.

Il est défini qu’un bébé qui pleure au moins 3 heures par jour, 3 jours par semaine pendant 3 semaines au moins souffre de coliques du nourrisson.

Sans cela, il peut s’agir de « pleurs de décharge », où là, il n’y a pas de gènes digestives mais simplement une expression de toutes les nouveautés qui déboulent dans la vie de bébé et qu’il faut émotionnellement découvrir. Il vous explique en soirée et à sa façon, la journée qu’il a passé…Vidéo: ICI

Et là, vous me dites: « au secours! », alors je vous explique:

Le système digestif (œsophage, estomac et intestins ) de votre bébé finit de se fabriquer après la naissance; on dit qu’il est immature. La bonne nouvelle, c’est que cela va lui prendre quelques mois (contrairement au cerveau, par exemple, où là , il faut quelques années et votre enfant vous réserve d’autres surprises dont on parlera plus tard ;)).

Vous l’avez compris, pas de recette miracle hormis la patience et la douceur !

Que fait-on pour apaiser un peu quand même ?
  • Aucun traitement n’a montré à ce jour un résultat significatif. Vous pouvez voir avec votre médecin qui vous prescrira peut-être des probiotiques.
  • Portez et massez votre bébé le plus doucement possible, avec des mouvements lents et doux (difficiles quand bébé hurle depuis 2 heures, je comprends !) Vidéo : Ici . »Changez de bras » en vous faisant aider, alternez avec les personnes autour de vous. Plus la personne est détendue, mieux c’est pour le bébé !
  • Donnez lui un moyen de succion si il en a un, ça peut l’aider à s’apaiser. Ne le suralimenter pas, même si ça semble le calmer, ça aggraverait la situation et pourrait entraîner d’autres raisons de pleurer (reflux et/ou inflammation de son œsophage).
« Ce n’est pas des coliques! »

Si votre bébé pleure excessivement, qu’il a perdu du poids, refuse de manger, régurgite beaucoup (reflux), change de couleur (pâleur), a de la constipation…Appelez votre médecin et prenez rendez-vous !