« Moi, tout(e) seul(e) ! »

Aider son enfant à développer son autonomie va le mener vers les apprentissages.

Dès le plus jeune âge, l’enfant cherche à développer ses compétences et à s’éloigner de la totale dépendance. Il se met en quête d’autonomie !

Chaque jour, il apprend. Grandir demande du temps, de la patience, de la répétition et de la persévérance!

L’enfant va nous manifester son besoin d’autonomie et cela assez tôt. Par exemple, lorsqu’il découvre la position verticale et débute à faire quelques pas, il n’apprécie guère d’être porté et s’agite dans les bras pour être mis au sol. Ou encore, lorsqu’il mange à la petite cuillère, il réclame de saisir celle-ci et de faire lui-même. Il peut se mettre en colère pour se faire comprendre. Il peut aussi repousser la main de l’adulte qui souhaite faire à sa place.

Lorsque le langage s’installe, il peut alors dire « Non, moi tout(e) seul(e) ! ».

Accompagner l’autonomie:

La première mise en confiance au niveau de l’autonomie est souvent dans les apprentissages de la motricité. L’enfant  apprend, en se déplaçant (lorsqu’il rampe, marche), qu’il peut s’éloigner un peu de son parent et aller explorer. Au départ, les explorations se font dans un petit périmètre et l’enfant revient rapidement près de l’adulte pour se réassurer. En étant présent et en encourageant dans cette première étape, vous renforcez sa confiance. Il peut donc aller voir un peu plus loin chaque fois, découvrir, observer de nouvelles choses.

Entre 18 et 36 mois, on entre dans la période « Moi tout(e) seul(e) ». L’enfant souhaite manger, s’habiller ou se déshabiller, ranger…seul(e). Mais, il se confronte aux difficultés que cela représente !

Là encore, en accueillant ses émotions (colère, frustration, joie) et en l’encourageant, vous l’aider à réussir !

L’enfant peut se mettre en colère lorsque  nous tentons d’intervenir. Essayons d’intervenir le moins possible même si notre intention est de le protéger ou de lui éviter la frustration. Cela pourrait générer chez lui un sentiment d’incapacité à se débrouiller et générer un manque d’assurance.

De la même manière, éviter l’impatience, la moquerie, la critique ou l’humiliation qui le ralentit ou le stoppe dans sa quête d’autonomie . Ainsi, il perdrait cette précieuse confiance et estime de soi indispensable pour réussir !

Afin de mettre toutes les chances de réussite de son côté, favorisez les moments où vous êtes disponibles et que votre enfant n’est pas trop fatigué. Petit à petit, le plaisir de réussir s’accroît et vous avez moins à l’encourager. Il apprend la motivation !

Les activités qui renforcent l’autonomie:

Elles sont simples, quotidiennes et peuvent se faire sans matériels spécifiques. Il faut garder en tête que l’enfant aime explorer, découvrir et se « challenger ». Tout est occasion à apprendre et devenir autonome.

A l’intérieur, vous pouvez le responsabiliser au moment de la toilette pour laver une partie de son corps tout seul, aider à ranger la salle de bain après le bain, essuyer le verre renversé, ranger ses chaussettes dans le tiroir…Laissez le jouer librement et se concentrer en proposant des jeux avec des complexités croissantes (toujours en lien avec son âge et ses capacités, bien sûr !).

L’extérieur est indispensable aussi au développement de cette compétence. En y jouant, il se confronte à de nouveaux challenges et doit s’adapter, trouver des stratégies pour atteindre son objectif. Soyez, présent, vigilant et donnez lui du temps !

On ne le dira jamais assez mais MINIMISEZ les écrans pour vos enfants. Tout le temps qu’ils y consacrent les éloignent de ces fonctions exécutives nécessaires plus tard pour les apprentissages scolaires et créé des inégalités entre les enfants à l’école. En  développant  son autonomie, il  développera son intelligence, les capacités d’apprentissage et les capacités à atteindre ses objectifs. On retrouve ensuite des enfants scolarisés qui « ne baissent pas les bras » dès les premières difficultés et  connaissent  le plaisir et la motivation que la réussite de faire seul procure !

Plus votre enfant grandit, plus il acquière différentes formes d’autonomie. Il va réfléchir, faire des choix, s’exprimer et agir.

Quelques phrases et conseils qui boostent la confiance:

– Soyez attentif aux messages qu’il vous envoie pour vous dire « je veux essayer, mon corps et moi sommes prêts! », tout en respectant son rythme.

– Prévoyez du temps ! Celui-ci n’est pas perdu puisque dès que l’apprentissage est acquis, c’est du temps gagné pour vous…

– Evitez les situations de mises en échec, si les envies ne sont pas adaptées à son âge ou à ses capacités. N’hésitez pas à lui montrer, même plusieurs fois comment faire.

– Permettez lui d’explorer et essayer en sécurité en veillant à votre environnement .

– Votre enfant est comme nous tous, « parfaitement imparfait »: Acceptez les résultats non aboutis ! Il a le droit de se tromper, de casser, de renverser. L’idée est de nettoyer ensemble et pas de punir ! Guidez le sans faire à  sa place.

– Encouragez les efforts, félicitez les réussites même les plus petites, réconfortez les pleurs et les colères.

« Tu n’as pas encore réussi, c’est pour bientôt ! »,« Je vois les efforts que tu fais. », « Quand tu réalises cela, tu développes tes talents », « Tu progresses à chaque tentative », « J’ai remarqué ton intention de … », « Tu as en toi des forces insoupçonnées, tu peux être fier(e) de toi» .

 

 

 

 

 

 

 

Autonomie

Prendre contact

3 + 3 =