Forest Cool !

Il suffit de vivre pour apprendre…

 

Si la nature était notre professeure des écoles, elle ne nous mettrait pas assis entre quatre murs à faire tous la même activité parce que nous avons tous le même âge…non, non !

La nature préférait nous mélanger, les grands et les petits. Elle nous donnerait un environnement qui nous convient et nous permet de bien nous développer ! Telle une forêt ou une prairie où la diversité est indispensable à la bonne croissance de tous (écosystème); c’est une question équilibre !

Premièrement, elle permettrait à tous d’expérimenter. Les plus petits seraient invités à développer leurs sens (toucher le tronc des arbres, marcher pieds nus dans l’herbe, sentir les fleurs, écouter l’eau de la rivière et le chant des grenouilles, goûter le sucre des fleurs de coucou, regarder le vol des papillons et la lenteur des escargots, développer leur intuition en restant vigilant). Les plus grands, eux, seraient libres d’expérimenter et créer (aucunes notions d’erreurs ou d’échecs) et de faire des relations de causes à effets en associant sans limites (que se passe t-il si …?) mais, bien sûr, toujours en sécurité.

Ensuite, la nature nous enseignerait ensuite le rythme de chacun, le principe de lenteur (prendre son temps). Tous les végétaux et les êtres vivants  ont des vitesses de croissance différentes. Certaines sont très rapides et d’autres beaucoup plus lentes. Par exemple, dans notre jardin, il suffit d’observer qu’il ne faut que quelques semaines pour manger des légumes issus d’une graine mais des années pour se mettre à l’ombre d’un arbre que nous avons planté tout jeune. Chez les animaux, il faut environ 1 mois à un lapin pour avoir des petits alors qu’il en faut 10 à un cheval pour n’en avoir qu’un seul. La nature respecte le rythme de chaque espèce en fonction de son propre rythme d’évolution. Les humains ont eux aussi eu besoin de milliards d’année pour se développer. Pour les enfants, il en est de même, l’évolution des apprentissages varie en fonction de son propre rythme et de son environnement.

 

 

Conseil de jardinier

« Quand une fleur ne fleurit pas, on corrige l’environnement dans lequel elle pousse. Pas la fleur ».

Paulo AMARO

La nature a tout prévu ! Elle n’apprend rien à ce qu’elle a mis en place, tout est inné ! Elle offre « juste » les bonnes conditions (la pluie, la nourriture, la chaleur, la coopération, les cycles, le non-jugement…). La graine sait quand il sera le bon moment de sortir de terre, la lapine sait quand il est temps de préparer son nid pour accueillir ses petits, les oiseaux connaissent le meilleur moment pour retrouver les pays chauds, les mammifères ont l’instinct nécessaire pour trouver leur nourriture…Ses compétences, nos petites pousses en sont aussi pourvus ! Le nourrisson se développe à son rythme, en fonction de l’évolution de ses besoins. Plus tard, il va apprendre en jouant. Apprendre à ramper, se dresser, marcher, parler…tout cela stimulé par la curiosité et le jeu ! Enrichir l’environnement de notre jeune pousse, en l’arrosant chaque jour avec ce dont il a besoin pour lui permettre de se développer le plus favorablement possible.

La nature privilégie la coopération plutôt que la compétition. Le jugement est inexistant. Comme les arbres dans une même forêt cohabitent et s’entraident pour croître, les petits et les grands doivent grandir ensembles pour partager leurs savoirs et valoriser leurs compétences. La tolérance est une valeur essentielle. La présence animale et végétale sont de très bons supports pour enseigner celle-ci.

Comme les cycles de la nature, comme la saison sèche ou la saison des pluies, comme le printemps, l’été, l’automne puis l’hiver, nos jeunes poussent peuvent découvrir, expérimenter, comprendre, aimer et préserver !

Alors, merci mère Nature, « mère-veilleuse » pédagogue, pour ce que tu nous enseignes depuis toujours ! Je crois qu’il est temps de rallumer les étoiles…

 

Vivre

Prendre contact

11 + 7 =