Ensembles

Depuis la nuit des temps, l’animal a été présent dans notre vie. L’enfant a été privé de la présence de l’animal depuis la vie dans les villes. La vie « Normale » est avec les animaux autour de nous.

Photo : Elena SCHUMILOVA

 

L’enfant et l’animal, ce lien avec le vivant dont nos enfants ont besoin.

A tous âges, l’animal apporte à celui qui le côtoie des bienfaits.

Dès le plus jeune âge, la relation est excellente. Les animaux savent faire preuve d’une sensibilité et d’une intention étonnante vis à vis des bébés. L’animal, dans un environnement sain et adapté, est capable de tolérer les maladresses des tout-petits. En cas d’insistance de l’enfant, l’animal (chien, chat…) vont signaler leur inconfort en s’éloignant. Rien de pire pour un jeune enfant que l’éloignement ! Ainsi l’animal leur permet d’intégrer la nécessité d’être calme et attentionné. L’enfant comprend que l’on ne peut pas faire n’importe quoi avec l’autre et qu’il faut être doux et délicat pour bénéficier de la même chose.

En grandissant, lorsque l’enfant commence à marcher , l’animal va lui permettre d’entrer en relation. L’animal devient le premier ami avec qui l’on peut jouer. Véritable compagnon de jeux, c’est un partenaire à part égale.

Dès l’apparition du langage, l’animal va être le meilleur des confidents silencieux avec une oreille attentive; l’enfant va pouvoir lui confier ses histoires, ses chagrins, ses peurs avec la certitude que cela restera secret (pas de trahison, ni de jugement).

Vers l’âge de 6 ans, l’intérêt va se porter sur les besoins de l’animal (sa manière de vivre, de manger, de sortir, d’avoir une litière propre…). L’enfant apprend qu’il faut se préoccuper des autres. Lorsque l’on vit avec quelqu’un d’autre de vivant, il faut respecter ses besoins.

 A l’adolescence, la confiance en soi et l’estime de soi vont se trouver démultiplier par la prise de plaisir procuré. Par exemple, pratiquer une activité avec son animal (s’impliquer dans une association animale, faire du sport avec son animal, de l’agility, équitation, des concours…) peut être très valorisant. L’adolescent qui a besoin de se confronter aux limites et à ses peurs, y trouve une source de plaisir qui libère la parole et favorise le lien avec l’adulte.

Quelles sont les précautions à prendre en présence d’un animal ?

L’ensemble de ces éléments doivent avant tout pointé le fait que l’animal est un être vivant avec des besoins et des caractéristiques liées à son espèce. En aucun cas, il ne peut être utilisé tel un objet privé de ressentis dans le seul intérêt de servir l’enfant ou de l’adulte. La priorité absolue pour l’animal est le RESPECT dans son intégrité et sa totalité.

Les enfants doivent être mis en priorité au contact d’animaux ayant bénéficier en priorité de soins adaptés, avec un passé, une histoire satisfaisante (une bonne éducation par leur mère et par leur maître, relations paisibles sans violences).

Le rôle des parents est d’éduquer son enfant dans ce sens. Il devra apprendre, par exemple, qu’un chien de famille âgé, n’apprécie pas l’agitation, les sollicitations et peut se montrer hostile. Il devra être respecté ! Apprendre entre autre que l’on ne surprend pas un animal endormi, qu’on ne le coince pas dans un endroit car il pourrait se défendre, que le chien de famille n’est pas celui que l’on croise dans la rue et que les réactions peuvent être différentes. Et tant d’autres choses qui me passionnent et que j’aurai plaisir à partager avec vous !

Sources:

L’enfant et l’animal: une relation pleine de ressources, D. MARCELLI, L’école des parents, éditions Eres.

Un animal pour grandir, Daniel MARCELLI: ICI

Les animaux agissent-ils vraiment sur la sante mentale des enfants, les entrepreneurs animaliers : ICI

Médiation animale : ICI

 

 

 

l'enfant et l'animal

Prendre contact

12 + 6 =